Archives des actualités

2014 02_24_décès_trovarelli_antoineNous apprenons le décès de Monsieur Antoine Trovarelli survenu le 24 février 2014 à Lommerange à l'âge de 86 ans.
Antoine Trovarelli était né le 23 décembre 1927 à Nilvange. Il était retraité électricien de la SMK.
De son union avec Georgette Brucker en 1952, était née Carol.
Monsieur Trovarelli habitait Lommerange depuis trente ans. Homme discret et affable, il y était honorablement connu.
Le corps de Monsieur Trovarelli repose à la salle mortuaire de Nilvange. Selon sa volonté, son corps sera incinéré.
Un culte d'action de grâce sera célébré le jeudi 27 février 2014 à 14 h 30 au temple de Nilvange.

A son épouse, sa fille, son gendre ainsi qu'à toute sa famille, nous présentons nos sincères condoléances.


 

2013 09_11_travaux_rue_ferry_2L'aménagement d'un usoir, il y a trois semaines, le captage d'une descente d'eaux de pluie, la semaine passée, ont mis un terme à un programme de requalification attendu depuis longtemps et mené grâce à l'aide du Conseil Général de la Moselle.

Ce programme concernait la requalification de la boucle de la rue Jules Ferry reliant les rues Foch et Joffre, seule portion de la voirie communale à ne pas avoir été refaite sur les trente dernières années.

Rabotage, reprofilage de la route et création d'une nouvelle structure de roulement, démolition et repose de bordures existantes, élargissement et réfection des trottoirs existants ont redonné un coup de jeunesse à ce tronçon de voirie très utilisé et particulièrement inconfortable pour qui l'empruntait.2013 10_10_rue_ferry_4

En parallèle, ce programme a permis la remise en état du chemin rural dit de Par en Haut, prolongement de la rue Emile Zola, que des fondrières et des flaques d'eau rendaient impraticable pour les véhicules de tourisme.
Assurés par l'entreprise Eurovia de Florange, les travaux se montent à 44 494,37 € TTC auxquels se rajoute un complément de travaux de 3 319,07 € TTC.

La commune a bénéficié de la subvention sollicitée par le conseil municipal au titre du Pacte II-Aménagement 2012-2014. Le montant total de la subvention octroyée est de 26 041 € dont 4 513 € sur l'enveloppe cantonale du conseiller général.


2014 01_15_lotissement_aLe 22 décembre 2009, le conseil municipal engageait une consultation pour la passation d'une concession pour l'aménagement d'un lotissement.
Sept mois plus tard, le 6 août 2010, il décidait d'attribuer la concession d'aménagement à la Sodevam (Société de développement et d'aménagement nord-lorraine) dont le siège social est à Metz.

Hambois I : onze lots

Après bien des vicissitudes dues à l'instabilité des choses et des réglementations, d'aucuns pensaient que ce lotissement jouait l'arlésienne. Après la résolution des pierres d'achoppement découlant de la police de l'eau, laquelle allait obliger à un traitement de l'eau à la parcelle, du Département, lequel allait obliger à une liaison avec la RD 58 au travers d'un giratoire, et de bien d'autres services et administrations, le maire signait, en date du 10 octobre 2012, le permis d'aménager de la première phase du lotissement, permis qui concernait onze parcelles.

Le 15 avril 2013, les travaux de viabillisation du lotissement débutaient. Ils allaient durer un peu plus de quatre mois pour aboutir à une viabilité provisoire ouvrant la porte des parcelles aux particuliers. A l'amorce du quatrième trimestre 2013, les onze lots faisaient l'objet d'une approche par des acquéreurs.Après le délai d'instruction nécessaire, ce sont plusieurs permis de construire qui étaient délivrés fin 2013.

Le 17 décembre 2013, le premier propriétaire, un français en résidence au Luxembourg, commençait les travaux de construction de sa maison. Depuis ; deux autres maison sont en construction. Une quatrième a fait l'objet d'une déclaration d'ouverture de chantier.

2013 12_12_plan_phase2Hambois II : seize lots.

Boostés par le taux de commercialisation plus que satisfaisant des lots de la phase I, les porteurs du projet jugeaient opportun de lancer la phase II de ce lotissement, une phase portant sur seize lots. Le 25 octobre 2013, le maire signait le permis d'aménager du lotissement « Hambois 2 » comportant deux tranches de onze et cinq lots qui ont déjà fait l'objet, avant publicité, d'approches de la part d'une dizaine de candidats.

L'Inrap a effectué les fouilles d'archéologie préventive habituelles. L'appel d'offres a été lancé concernant le marché de travaux de viabilisation de cette deuxième phase.

Les offres sont en cours d'analyse chez le maître d'œuvre. Une fois les marchés attribués (voirie-assainissement et réseaux secs), le début des travaux de viabilisation pourront commencer au printemps 2014.

Vous pouvez consulter l'espace dédié sur le lotissement sur cette page.


2014 01_16_sarcophage_aDébut octobre 2008, les travaux effectués dans la ruelle de l'église à l'occasion de la pose de la citerne de fuel de l'église de Lommerange mettaient au jour un sarcophage monoxyle anthropomorphe

La première vision de la chose trouvée aurait pu faire penser à un abreuvoir taillé dans un tronc d'arbre hors le fait que la cavité creusée avec des outils rudimentaires comportait un logement céphalique faisant immanquablement penser, même à un profane, à ces tombes anthropomorphes de l'abbaye de Montmajour photographiées en novembre 1955 par Lucien Clergue et publiées dans l'opuscule « La nuit de la terre ».
Le tronc d'arbre trouvé à Lommerange était creusé de la même manière.

Long de deux mètres dix environ et large d'une soixantaine de centimètres, ce tronc présentait un évidement profond qui occupait la majeure partie de sa surface. En bout de cet évidement principal, un creusement bien plus étroit et moins profond, faisait lien entre l'évidement principal et une cavité que l'on n'aurait pas façonnée différemment si elle avait dû correspondre à une cavité céphalique.

Marie-Paule Seilly, archéologue à la Direction Régionale des Affaires Culturelles avait fait emmener la découverte de Lommerange au dépôt archéologique de la Drac à Scy-Chazelles pour y mener les investigations susceptibles de corroborer ou d'anéantir les espoirs nourris par ceux qui auraient aimé avoir affaire à une découverte significative à défaut d'exceptionnelle.

Une découverte exceptionnelle.

A l'issue de son court séjour à Scy-Chazelles, la trouvaille lommerangeoise avait pris la direction de Grenoble pour y être nettoyée, datée, traitée et se voir offrir tous les bains et traitements nécessaires à sa conservation.
A Grenoble, pendant de longs mois, elle a été choyée par les professionnels d'Arc-Nucleart, un groupement d'intérêt public à but culturel lié à l'Etat, au Commissariat à l'Energie Atomique et à la ville de Grenoble. Un GIP ayant pour mission la conservation et la restauration des objets en matériaux organiques et leur traitement.

ARC-Nucléart a appliqué le traitement adapté à ce sarcophage. Ce conditionnement a consisté à appliquer un traitement appelé PEG-lyophilisation comportant une imprégnation de l'objet humide par une solution de polyéthylène-glycol suivie d'un séchage par lyophilisation.

En parallèle, les historiens se sont employés à analyser les nombreuses traces d'outils ayant servi à tailler cette pièce de chêne et constaté la présence d'ossements (de nature indéterminée).

Ayant fait l'objet d'une datation au carbone 14, le sarcophage de Lommerange remonte au 9ème siècle.

Cette pièce exceptionnelle de plus de mille ans présente un intérêt évident pour le musée thionvillois et Bruno Touveron, directeur du patrimoine de la ville de Thionville, qui intègrent ainsi, en leurs murs une pièce extrêmement rare puisque l'on ne compte que trois sarcophages de cette époque et en cet état sur toute la France.

Par convention, la ville de Thionville, la Communauté d'agglomération Portes de France-Thionville et la commune de Lommerange, ont accepté le dépôt de ce sarcophage parmi les collections thionvilloises.

La restauration du sarcophage a bénéficié d'un double financement de la part de la Ville (9 500 €) et de l'Etat (4 000 €).

Vous pouvez visionner un reportage vidéo sur le sarcophage ICI


Baue-AlvinaDe Metz, nous apprenons le décès de Madame Baué Alvina née Lapointe survenu le 17 février 2014 à l'âge de 89 ans.

Alvina Baué était née le 9 février 1925 à Briey (54). De son mariage avec Ernest Baué, le 14 septembre 1948 à Briey, sont nés trois enfants, Jean-Claude, Monique et Elisabeth.
Depuis son mariage, la défunte avait habité Lommerange. Elle y avait secondé son mari dans l'exploitation de leur ferme.

Doyenne de la commune, femme d'une grande discrétion, Mme Baué était honorablement connue et appréciée à Lommerange.
Ses obsèques seront célébrées le mercredi 19 février 2014, à 15h30, en l'église de Lommerange, suivies de l'inhumation au cimetière communal.

Mme Baué repose à la chambre funéraire Roc'Eclerc, 85 boulevard de l'Europe à Metz-Bellecroix.

A ses enfants ainsi qu'à toute sa famille, nous présentons nos sincères condoléances.


Météo

23.89°C
Partiellement nuageux Humidité: 41%
Vent: SW à 13.67 K/H
Lundi
11.67°C / 19.44°C
Mardi
9.44°C / 21.11°C
Mercredi
10.56°C / 23.33°C
Jeudi
13.33°C / 23.33°C

Mairie de Lommerange

14 rue Maréchal Joffre
57650 LOMMERANGE
03.82.84.81.48

Horaire de la Mairie:

  • Mardi de 10 h 00 à 11 h 00
  • Mercredi de 14 h 00 à 16 h 00
  • Vendredi de 17 h 00 à 19 h 00

Horaire du Secrétariat :

  • Mardi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 00 à 17 h 00
  • Mercredi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 00 à 17 h 00
  • Vendredi de 13 h 00 à 19 h 00